Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 14:44

 

 

Joseph ROTH, Le poids de la grâce


Joseph-Roth--Le-poids-de-la-grace.jpg

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

L'oeuvre de Joseph Roth est faite d'ironie, de dérision, d'humour et d'une infinie compassion pour ses personnages. Une grande liberté d'expression alliée à une précision méticuleuse, une extrême rigueur, en font l'un des plus grands prosateurs de la langue allemande. Il a ce goût viennois de la plaisanterie, de la pointe amère et sceptique. Mais il a aussi un côté « prophète » qui s'exprime en particulier dans Le Poids de la grâce, et qui l'apparente parfois à Isaac B. Singer. Treize romans, huit récits, trois volumes d'essais et de reportages et un millier d'articles... voilà ce qui nous reste aujourd'hui de Joseph Roth. À un enfant qui lui posa un jour la question : « Pourquoi écris-tu toujours ? » il répondit simplement : « Pour que le printemps revienne ». Nicole Chardaire.

 

 

L'auteur :

 

Né en 1894 en Autriche-Hongrie, dans une ville désormais située en Ukraine, Moses Joseph Roth était journaliste et écrivain, né dans une modeste famille juive germanophone. Après la Première Guerre mondiale, il devint journaliste et chroniqueur à Vienne, publiant ses premiers écrits. Exilé à Paris dès l'arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne (lesquels détruisirent d'ailleurs ses livres), il y mourut en 1939, alcoolique, malade et sans le sou.

 

 

Titre original : Hiob. Roman eines einfachen Mannes

 

 

Année de publication : 1930 

 

 

Premières lignes : 

 

"Voici déjà bien des années que vivait à Zuchnow un homme qui avait pour nom Mendel Singer. Il était pieux, il craignait Dieu et n'avait rien d'extraordinaire : c'était, en somme, un de ces Juifs tels que l'on en voit tous les jours. Il exerçait modestement le métier de maître d'école." 

 

 


 

 

Mon avis :

 

Pourtant chaudement recommandé par qui me l'avait prêté, j'avoue être totalement et irrémédiablement passée à côté de ce livre. Impression confirmée lorsque j'ai lu après coup certains avis dithyrambiques à son sujet, me faisant presque douter de ma réaction première, que je maintiens cependant.

 

Apparemment pensé comme une parabole évoquant le personnage biblique de Job (ce que j'ignorais lors de ma lecture), ce roman était en France, du moins jusqu'à cette année, étrangement crédité d'un titre fort éloigné de l'original, lequel est : Job. Roman d'un homme simple. Ce thème de la mise à l'épreuve divine (Dieu dépouille Job de ce qu'il possède et aime, y compris ses enfants, avant de tout lui rendre pour le récompenser d'avoir accepté ce châtiment sans jamais douter de sa foi) constitue en effet la trame même de l'histoire.

 

Mendel Singer, maître d'école hébraïque fort pieux, vit avec sa femme Déborah et ses quatre enfants dans une petite ville de Russie. Son fils aîné, Jonas, va s'enrôler dans l'armée du Tsar, tandis que le cadet, Chémariah, s'exile aux États-Unis, justement pour échapper à cette incorporation. Sa fille Miriam s'offre au premier cosaque venu (il s'agit d'une ville de garnison) et son plus jeune fils, Ménouhim, épileptique, semble mentalement retardé.

 

Mendel, Déborah et Miriam finissent par tout quitter pour rejoindre Chémariah à New York, abandonnant le petit dernier à un couple sans enfants, qui en échange prend possession de leur maison. Des années plus tard, après bien des deuils et des désillusions, Mendel se rebellera enfin contre son Dieu, qui l'a traité si cruellement, cherchant sagesse et rédemption avant de les trouver d'une façon pour le moins inattendue...

 

Tout au long de la lecture de ce court ouvrage, je me suis sentie mal à l'aise, sans vraiment parvenir à savoir pourquoi. Dévorant d'habitude sans peine des pavés de plusieurs centaines de pages, j'ai réussi à m'ennuyer en à peine 250. Tout d'abord, les personnages m'ont semblé au mieux, inintéressants, au pire, antipathiques, quant à l'histoire en elle-même (pourtant dramatique), elle ne m'a pas émue une seule seconde. Ce manque d'intérêt et d'attachement envers les protagonistes a été pour moi rédhibitoire, d'autant que l'écriture n'a rien fait pour contrer ce ressenti négatif.

 

En effet, je n'ai pas du tout apprécié le style de l'auteur, beaucoup trop sobre et dépouillé à mon goût, pas plus que ses phrases courtes et sèches, voire même anémiques, le tout donnant au livre un rendu pour le moins étriqué. Ceci, combiné à une atmosphère extrêmement lourde faite de repentance, de péché et de doutes, explique le réel soulagement éprouvé en terminant cette lecture.

 

Je reconnais cependant à l'auteur un indéniable talent d'écrivain, mais attendant sans doute beaucoup (trop ?) de son livre et privée de toute information quant à son contexte de création, je ne suis pas parvenue à y entrer, restant donc parfaitement imperméable à l'émotion qui semblait pourtant s'en dégager.

S'il s'agit certes de littérature, disons seulement que celle-ci ne me parle pas...

 

 

 

Ma note :


 

  4 étoilesQuatre étoiles (sur dix).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dictionnaire 14/05/2012 11:56

je voudrais bien lire ce livre pour découvrir l’œuvre de cet auteur.

Présentation

  • : La faute à Rousseau
  • La faute à Rousseau
  • : Rendez-vous au fil de mes lectures... pour donner envie de partager, mais aussi pour éviter de se lancer dans ce qui selon moi n'en vaut pas la peine ! Ouverture d'esprit et subjectivité assurées et assumées !
  • Contact

Profil

  • Rousseau / Voltaire
  • Correctrice-relectrice ayant une formation d'historienne de l'art, je suis passionnée de lecture et de tout ce qui a trait à la culture : dessin, photographie, expositions, cinéma. N'hésitez pas à visiter mon site de corrections orthographiques : www.lafauteavoltaire.fr
  • Correctrice-relectrice ayant une formation d'historienne de l'art, je suis passionnée de lecture et de tout ce qui a trait à la culture : dessin, photographie, expositions, cinéma. N'hésitez pas à visiter mon site de corrections orthographiques : www.lafauteavoltaire.fr

Mentions légales : droit d'auteur

L'internaute s'interdit de reproduire et/ou d'utiliser les textes et logos présents sur le site http://lafautearousseau.over-blog.com/, ainsi que de modifier, copier, traduire, reproduire, vendre, publier, exploiter et diffuser dans un format numérique ou autre, tout ou partie des textes, logos et données présentes sur ce site. La violation de ces dispositions impératives soumet le contrevenant, et toutes personnes responsables, aux peines pénales et civiles prévues par la loi.

Recherche

Archives