Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 16:38

 

Claudie GALLAY, Les déferlantes

 

 

Claudie Gallay, Les déferlantes

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes. C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.

 

 

L'auteur :

 

Née en 1961, Claudie Gallay exerce encore à mi-temps son métier d'institutrice, en parallèle avec celui d'écrivain. Les déferlantes est son cinquième roman, sur un total de sept parus à ce jour.

 

 

Année de publication : 2008

 

 

Premières lignes :

 

"La première fois que j'ai vu Lambert, c'était le jour de la grande tempête. Le ciel était noir, très bas, ça cognait déjà fort au large.

Il était arrivé un peu après moi et il s'était assis en terrasse, une table en plein vent. Avec le soleil en face, il grimaçait, on aurait dit qu'il pleurait."

 

 


 

 

Mon avis :

 

Ce livre, emprunté et lu durant des vacances au bord de la mer (heureux hasard), était le premier de cet auteur que je découvrais, sans attente particulière puisque son nom m'était complètement inconnu. J'ai éprouvé d'emblée quelques difficultés à entrer dans ce roman, sans doute à cause du foisonnement des personnages, que j'avais du mal à situer, de l'intrigue qui peinait à se mettre en place, ainsi que du rythme, extrêmement lent.

 

Ayant fait l'effort de m'accrocher à cette lecture, son ambiance a fini par me gagner et je l'ai poursuivie avec plaisir. Dans ce récit, l'auteur s'empare des notions de manque et de vide au travers de sa narratrice, ornithologue venue vivre dans un petit village près de la Hague pour son travail, mais surtout pour guérir d'un amour perdu. Elle y rencontre toute une galerie de personnages dont un en particulier, Lambert, semble guidé par une démarche proche de la sienne.

 

Ce livre, assez sombre et plutôt pessimiste, est donc le biais par lequel l'auteur met en avant et développe certains thèmes graves, tels que la perte et le deuil d'un être aimé, les souvenirs, l'importance des racines familiales et le poids des secrets, mais également (et heureusement !) l'espoir d'un renouveau, d'une guérison et d'une reconstruction.

 

À l'image de Lambert et de la narratrice, qui tentent l'un comme l'autre de soigner leurs blessures intérieures, le lecteur croise de nombreux personnages plus ou moins torturés, à la psychologie fouillée, à l'exception notable de quelques uns (assez stéréotypés, voire même peu crédibles). De façon évidente, l'auteur a délibérément choisi de placer ses héros au sein d'une nature rude et tourmentée, induisant une sorte de parallèle entre elle et leurs propres démons.

 

D'ailleurs, la mer et les paysages sauvages du Cotentin sont bel et bien des personnages à part entière, jouant leur partition et créant une atmosphère très particulière, nostalgique, souvent lourde et parfois poétique. Petit bémol : j'avais eu plaisir à découvrir un territoire fort éloigné des clichés venant spontanément à l'esprit lorsque l'on évoque la Hague, cependant, j'ai lu par la suite de nombreux témoignages de protestation de la part de lecteurs natifs de cette région affirmant ne pas la reconnaître, au point qu'ils soupçonnent l'auteur de ne jamais s'y être rendue.

 

En ce qui concerne l'intrigue proprement dite, il faut reconnaître que le livre n'offre pas beaucoup d'action ni de rebondissements, surtout proportionnellement au nombre important de pages qu'il comporte. Quant au suspens, j'ai vu arriver d'assez loin la réponse aux mystères patiemment accumulés au long de l'histoire, laquelle est un peu cousue de fil blanc.

 

Pour en venir à présent à la forme adoptée par ce roman, j'ai déjà signalé son rythme très lent, accompagné de certaines longueurs et de répétitions, peut-être dans une volonté délibérée de la part de l'auteur de se calquer sur le mouvement des vagues. Si un réel effort d'originalité est indéniable, j'émets quelques réserves sur la systématisation de certains effets de style, qui à force semblent plutôt artificiels.

 

Très travaillé, le texte s'écoule avec fluidité, mais sa sécheresse et son âpreté m'ont parfois tenue à distance de toute émotion. Basé sur des phrases courtes et percutantes, le livre est structuré par des chapitres brefs et de nombreux dialogues, au ton un peu trop relâché à mon goût. Ceci, ajouté au sous-emploi de la ponctuation et à quelques tics de langage, m'ont fait regretter les phrases longues, riches et travaillées que j'affectionne en littérature.

 

Pour conclure, les choix narratifs originaux et le style bien particulier de l'auteur m'ont amenée à m'attacher difficilement aux personnages, lesquels éprouvent tellement de vide au fond d'eux-mêmes qu'ils en viennent à manquer de densité et ne sont pas assez présents pour ancrer durablement le récit dans l'émotion.

 

Si j'ai vraiment apprécié les superbes descriptions de la mer et de la nature sauvage, ainsi que l'atmosphère générale dans laquelle baigne le roman, j'ai cependant éprouvé à l'issue de ma lecture une légère sensation de frustration. En effet, j'ai eu l'impression, par certains aspects, de passer à côté de cette histoire sans y entrer complètement, comme s'il lui manquait quelque chose d'intangible pour qu'elle atteigne pleinement son propos...

 

 

 

Ma note :


 

5 étoilesCinq étoiles (sur dix).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Birchmeier backpack sprayer 07/08/2014 10:46

The review of the book 'The Beachcombers' was great. Claudie Gallay is a great writer and he has shown full justification to the subject he has used for the book. To write in this fashion is a stupendous task and he has done a superb job in attaining it.

pikkendorff 16/11/2012 10:43

Et c'est pour celà que j'ai donné 4/5....Envoutant. Mon coté fille surement....

http://quidhodieagisti.kazeo.com/lectures-diverses-%28critiques-et-commentaires%29/claudie-gallay-les-deferlantes,a2096274.html

pikkendorff 16/11/2012 10:29

Lent mais rude et sec. Ecrire face à l'océan...la force brutale et la beauté.

Rousseau / Voltaire 16/11/2012 10:31



Oui, ça résume très bien le style de cet auteur...



Présentation

  • : La faute à Rousseau
  • La faute à Rousseau
  • : Rendez-vous au fil de mes lectures... pour donner envie de partager, mais aussi pour éviter de se lancer dans ce qui selon moi n'en vaut pas la peine ! Ouverture d'esprit et subjectivité assurées et assumées !
  • Contact

Profil

  • Rousseau / Voltaire
  • Correctrice-relectrice ayant une formation d'historienne de l'art, je suis passionnée de lecture et de tout ce qui a trait à la culture : dessin, photographie, expositions, cinéma. N'hésitez pas à visiter mon site de corrections orthographiques : www.lafauteavoltaire.fr
  • Correctrice-relectrice ayant une formation d'historienne de l'art, je suis passionnée de lecture et de tout ce qui a trait à la culture : dessin, photographie, expositions, cinéma. N'hésitez pas à visiter mon site de corrections orthographiques : www.lafauteavoltaire.fr

Mentions légales : droit d'auteur

L'internaute s'interdit de reproduire et/ou d'utiliser les textes et logos présents sur le site http://lafautearousseau.over-blog.com/, ainsi que de modifier, copier, traduire, reproduire, vendre, publier, exploiter et diffuser dans un format numérique ou autre, tout ou partie des textes, logos et données présentes sur ce site. La violation de ces dispositions impératives soumet le contrevenant, et toutes personnes responsables, aux peines pénales et civiles prévues par la loi.

Recherche

Archives